Stress post-traumatique (TSPT)

 

Qu’est-ce qu’un événement traumatique ?

Un trouble de stress post-traumatique est reconnu chez les personnes ayant vécu une expérience bouleversante, soudaine et incontrôlable, une expérience d’harcèlement ou de violence physique et/ou psychologique vécue sur un long court. On reconnaît à ces expériences une menace à l’intégrité physique, qui a provoqué une très grande peur, un sentiment d’impuissance.

Plusieurs événements sont potentiellement traumatisants :

  • Les expériences vécues de la guerre.
  • Les accidents soudains dont, les accidents de voiture, de train ou tout autre accident tragique ayant menacé la vie.
  • Les actes de violences interpersonnels, dont les agressions physiques et sexuelles (par une personne connue ou inconnue) .
  • La violence physique et/ou psychologique vécue dans un couple, au travail ou à l’école.

Tous ces événements sont susceptibles de menacer la vie, l’intégrité physique ou psychologique de l’individu. Ils peuvent provoquer des symptômes post-traumatiques et avoir des impacts importants sur le fonctionnement au quotidien de la personne.

 La violence psychologique

La violence psychologique peut être présente dans plusieurs environnements comme dans le couple, au travail et à l’école. L’auteur de la violence va chercher à dominer l’autre en générant différents sentiments et climats : climat d’insécurité physique ou émotionnelle, climat de contrôle et d’isolement, sentiment d’infériorité, de dévalorisation et d’humiliation, climat de culpabilisation et un sentiment d’incompétence chez la victime.

Les impacts de la violence psychologique

La violence psychologique a un impact différent sur la victime selon l’intensité des comportements violents, le niveau d’emprise sur la victime et selon la durée ; ce climat de violence peut être installé depuis plusieurs mois voire, plusieurs années.

Les impacts sur la personne qui subit vont de l’anxiété, à la dépression, au stress post-traumatique. Une intervention extérieure est requise pour se soustraire sainement de cette domination et retrouver un sentiment d’estime de soi et de confiance en soi.

Reconnaître un Trouble de stress post-traumatique

Les études démontrent que de 30-40% des personnes ayant vécu un événement traumatique démontreront tous les symptômes nécessaires au diagnostic de trouble de stress post-traumatique (TSPT). La personne peut être sortie de cette relation depuis plusieurs mois et/ou années mais les symptômes persistent.

Les symptômes post-traumatiques sont contenus dans quatre catégories :

  1. Les symptômes de reviviscences (ex. : souvenirs répétitifs, rêves perturbants) ;
  2. Les symptômes d’évitement (ex. : éviter les pensées ou les sentiments, certains endroits) ;
  3. Les altérations négatives de la pensées et des émotions (blâme, perte d’intérêt, état émotionnel négatif) ;
  4. Les altérations de l’éveil et de la réactivité (ex. : trouble du sommeil, nervosité, irritabilité).

 Évaluation en ergothérapie

Considère notamment les éléments de l’hygiène de vie et de l’équilibre de vie, la qualité du sommeil, de l’alimentation, de la gestion du stress, le rendement occupationnel dans les activités de la vie quotidienne et domestique, le support social sont les sphères évaluées.

Échelle diagnostique de trouble de stress post-traumatique (EDT)

L’Échelle EDT est utilisée pour dépister les symptômes d’un état de stress port traumatique. Les résultats seront aussi utiles au médecin pour établir un diagnostic juste de la condition mentale de la personne. L’échelle répertorie les symptômes suivants et permet de juger du degré de sévérité du trouble :

  • Exposition à un événement traumatique
  • Reviviscences
  • Évitement
  • Hyperactivation
  • Altérations négatives de la pensée
  • Durée des symptômes
  • Diminution dans le fonctionnement quotidien

Le traitement en ergothérapie est offert dans les buts de :

Rétablir un équilibre de vie garant d’une bonne qualité de vie et d’une bonne santé mentale.

  1. Faciliter le ressenti, l’identification et l’appropriation émotionnelle.
  2. Diminuer l’hyperactivation du système nerveux central : faciliter la détente, l’apaisement et la pleine conscience du moment présent.
  3. Diminuer les comportements d’évitement.
  4. Rétablir une vie sociale satisfaisante.
  5. Optimiser le rendement occupationnel dans toutes les sphères de la vie.