Outil d’identification de la situation de handicap au travail (OISHT)

 Projet RÉADAP +

Chercheure principale: Marie-Josée Durand (Université de Sherbrooke)
Co-chercheurs: Marc Corbière (Université de Sherbrooke) et Marie-France Coutu (Université de Sherbrooke)
Financement: Institut de recherche Robert Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST)

En 2015, Johanne Marois, erg se joint à l’équipe de recherche du Centre d’action en prévention et réadaptation de l’incapacité au travail (CAPRIT) de l’Université de Sherbrooke. Elle est évaluatrice dans le cadre d’une Étude des qualités psychométriques de l’Outil d’identification de la situation de handicap au travail utilisé auprès de travailleurs ayant un trouble musculosquelettique ou un trouble mental courant (OISHT).

Cette présentation de l’étude est publiée avec le consentement de madame Marie-Josée Durand, erg., PhD.

« L’outil d’identification de la situation de handicap au travail (OISHT) est un guide développé spécifiquement pour aider les cliniciens à identifier de façon systématique les facteurs liés à la situation de handicap au travail et ainsi permettre de formuler un diagnostic de la situation de handicap au travail (DSHT) de la personne évaluée. Les buts principaux du DSHT sont : d’éliminer la possibilité d’un diagnostic grave et d’identifier les causes d’une incapacité prolongée ou d’un retour au travail retardé. Les résultats permettent ensuite d’établir un plan personnalisé s’attaquant par ordre de priorité aux causes identifiées.

L’OISHT a été développé initialement en 1997 par un comité d’experts constitué de médecins généralistes, d’un orthopédiste, d’un ergonome, d’un ergothérapeute et d’un biostatisticien. L’outil était conçu pour évaluer les travailleurs ayant un trouble musculosquelettique entraînant une incapacité au travail. L’OISHT a été élaboré en se basant sur l’analyse des données récentes de la littérature et sur l’expertise des membres du comité. Son développement a suivi cinq étapes : 1) choix d’un cadre conceptuel approprié, 2) revue critique des écrits scientifiques et consultation de spécialistes, 3) élaboration d’une version préliminaire de l’outil, 4) prétest dans un contexte réel avec des cliniciens et des travailleurs et 5) révision et retests subséquents (Durand, Loisel, Hong, & Charpentier, 2002). » 

Objectif de l’étude

 « Le présent projet de recherche vise à évaluer les qualités psychométriques de l’OISHT lorsqu’il est utilisé auprès de personnes ayant l’un ou l’autre des deux principaux problèmes de santé associés à l’absence du travail, c’est-à-dire les troubles musculosquelettiques (TMS) et les troubles mentaux courants (TMC). Les qualités psychométriques à étudier sont plus précisément : la validité de construit factorielle et convergente, la cohérence interne et la fidélité interjuge. »

Résultats et retombée 

« Les résultats du projet vont permettre d’améliorer la précision de l’outil et de faciliter son utilisation. Également, les organisations qui utiliseront l’OISHT en sortiront gagnantes, étant donné que leurs intervenants seront mieux outillés pour mettre en place des stratégies d’intervention efficaces, qui répondront de manière plus précise aux besoins de chaque travailleur. »

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.